Tribune - L'immobilier en France

1544017279_city-3378773_1920.jpg
L’INSEE vient de publier son enquête sur le patrimoine des ménages en France au titre de l’année 2018. Si la tendance générale indique une baisse de la détention des différentes classes d’actifs qui s’offrent à eux, l’immobilier conserve cependant une place importante. Les jeunes investissent davantage tandis que les seniors montrent un intérêt moins prononcé pour la pierre.

Que dit cette enquête ? Didier KLING, Président de la Chambre Nationale des Conseils Experts en Immobilier Patrimonial livre son analyse.

Tout d’abord, le désir d’être propriétaire se confirme car 67,5% des ménages possèdent leur propre bien, en résidence principale. Par ailleurs presque deux français sur dix détiennent en plus, un autre logement : résidence secondaire, logement vacant, loué ou mis à disposition gratuitement...Et cette proportion est relativement constante depuis la fin des années 1990.

Les jeunes investissent davantage

Comment les Français se constituent-ils leur portefeuille immobilier ? L’INSEE révèle que la détention est fortement corrélée avec l’âge. Plus l’on avance dans la vie, plus le patrimoine progresse. Toutefois, l’organisme spécialiste de la statistique précise que ce constat se vérifie moins ces huit dernières années.  En effet, les écarts se resserrent : entre 2010 et 2018, la détention immobilière a le plus augmenté chez les jeunes ménages : + 6,4% pour les moins de 30 ans et + 4,7% pour les trentenaires.

Le crédit, source de financement

Ainsi, depuis près de deux décennies, les jeunes ménages - les plus aisés en particulier - accèdent davantage à la propriété. Ils réalisent leur projet par le biais du crédit, en profitant des taux d’intérêts favorables proposés par les établissements financiers. Il faut dire que les banques ont lancé différentes opérations ciblées envers ces populations, qui constituent un portefeuille client qu’elles pourront faire fructifier à l’avenir.

Cependant, chez les 50 à 70 ans, l’investissement dans l’immobilier a reculé en moyenne de 7% depuis 8 ans. Ces diminutions pourraient traduire un accès à la propriété plus difficile pour les générations nées au tournant des années 1960 et une désaccumulation plus précoce pour celles nées dans les années 1950.


Les indépendants propriétaires…

Enfin, pour aborder le sujet de l’immobilier le plus complètement possible, il est intéressant de noter qu’au début 2018, 14,8 % des ménages détenaient un patrimoine professionnel. Un actif le plus souvent constitué par une entreprise, des terres, des baÌ‚timents, dans le cadre d’une activité professionnelle. Ils releÌ€vent d’une logique patrimoniale particulieÌ€re : leur détention reste surtout liée aÌ€ une activité professionnelle, présente ou passée. PreÌ€s de 80 % des ménages dont la personne ou le conjoint est indépendant en activité (soit 10 % de la population) en posseÌ€dent, une part, en hausse de 5 points depuis 2015.

En conclusion, il sera nécessaire fin 2019, de mesurer à nouveau les évolutions de l’immobilier, notamment les premiers effets procurés par la Loi Elan dont l’objectif est de construire plus, plus vite et de libérer un marché qui jusqu’ici, souffrait d’une réglementation trop restrictive ralentissant notamment l’exécution de nombreux chantiers, particuliers comme professionnels.

© 2018 / CD & Associés - Tous droits réservés